TECHNOPTIMISM
Future is great™

Politique et économie

Le technoptimisme n'est pas un mouvement politique, ni restreint aux adhérents d'un courant politique particulier. Cependant, nous émettons des "avis" sur des sujets tels que la politique, afin de déterminer les types de gouvernements qui nous semblent les plus propices au développement technologique.

Un gouvernement démocratique et une économie libre semblent constituer le duo le plus favorable au développement technologique. Les deux sont d'ailleurs souvent de pair: des individus libres de s'exprimer choisissent spontanément une économie capitaliste, basée sur la liberté d'entreprendre, la libre concurrence et la propriété privée. Un tel système politico-économique ne pose pas de postulat à priori; il ne prétend ni faire le bien, ni le mal, mais établi les conditions propices à une sorte de darwinisme de société dans laquelle les pires solutions seront naturellement évincées au profit de ce qui "marche mieux". Ce système semble dans tous les cas moins pire que les autres qui affirment à priori vouloir faire le bien, avec des moyens déterminés à l'avance et non testés, qui finissent toujours par se heurter aux réalités avec pour conséquence de plonger les peuples dans la misère et le totalitarisme.
Certes la complémentarité démocratique et capitaliste est loin d'être parfaite, et ne solutionne pas certains problèmes, mais elle permet de favoriser ce que nous pouvons faire de mieux avec nos moyens actuels limités. Cette association permet également aux individus de s'exprimer et d'entreprendre. Des initiatives comme Google, Microsoft ou Apple, sont issus d'individus.

Alors quelle est la capacité finale de nos gouvernements et économies à solutionner des problèmes divers tel celui de la pauvreté ? Les problèmes comme la pauvreté ont toujours existé.... il n'a jamais fait si bon vivre qu'aujourd'hui, dans un pays démocratique, capitaliste et technologiques. Toute l'histoire est jalonnée de guerres, de précarité, de maladies et d'espérance de vie dérisoire.
Nous pensons que gouvernements et économies actuels, quels qu'ils soient, sont totalement incapable de solutionner définitivement des problèmes fondamentaux comme celui qu'est la pauvreté. Nous pensons d'ailleurs, qu'aucune forme de gouvernement, n'est à même de solutionner ce genre de problème à l'échelle mondiale. Il y a cependant comme un sous entendu bien répandu... les gens semblent croire que les pires problèmes auxquels nous sommes confrontés sont avant tout le fait de notre égoïsme, notre consumérisme, nos mauvais choix politiques... le technoptimisme pense que les réelles solutions viendront de l'évolution inébranlable et universelle du progrès technologique, et non de mesures contrites, de rationnement inutiles, ou de gesticulations humanitaires impuissantes (mais souhaitables). Les politiques, ne font que manipuler et trimbaler les mêmes problèmes dont elles n'ont pas la clef.
C'est pourquoi, nous pensons que le meilleur moyen de surmonter nos défis est une accélération volontaire du développement technologique: le rôle de nos gouvernements devrait être l'agencement de nos sociétés en vu de favoriser l'émergence de solutions technologiques radicales.

Nous prônons la reconnaissance du développement technologique responsable et ciblé comme solution prioritaire aux problèmes de société. Nous prônons la reconnaissance de cette démarche par les gouvernements, et leurs orientations en conséquence.
Sans un interventionnisme excessif, les gouvernements des sociétés démocratiques et capitalistes s'occupent de la gestion de l'argent publique, des campagnes d'information citoyenne, des agences pour l'emploi, des fonctions régaliennes...... des éléments qui devraient s'articuler autour d'un développement technologique, véritable colonne vertébrale d'une société moderne.
A titre d'illustration, intéressons nous à la question de l'emploi et la façon dont l'anticipation technologique pourrait servir à amortir les bouleversements occasionnés par le progrès. Inéluctablement certains progrès technologiques chassent des moyens plus ancien, moins performants. Le rôle des gouvernements devrait être d'observer les avancées technologiques, informer la société, favoriser l'implantation de nouvelles technologies plus efficaces et gérer la réorientation salariales vers de nouveaux secteurs vivants, et plus productifs. Prenons le cas de la presse impactée par l'internet qui traumatise les structures traditionnelles: les sites web sont consultés en ligne, les gens achètent en conquéquence moins de journaux, et on peut prévoir à plus ou moins court terme, la disparition de la presse papier, et donc des kiosques, ainsi qu'une baisse de la consommation de papier. Est-ce que cela sera une surprise ? Non, bien entendu. Ce processus de disparition n'est pas un mal mais la conséquence logique d'une technologie de diffusion moins chère et plus efficace. Ce changement ne devrait pas être perçu comme une menace, mais comme une phénomène naturel, que les institutions pour l'emploi devraient prévoir à l'avance, favoriser, et intégrer dans un processus. Les évolutions technologiques, devraient ainsi êtres le fluide nutritif des agences pour l'emploi des gouvernements modernes, car ce sont ces nouvelles technologies qui tirent les économies vers le haut, en créant et nourrissant de nouveaux marchés.

Vous l'aurez compris, le modèle de société prisé par le technoptimisme est de type libéral. Les structures politiques définissent les fondations de société, et peuvent en influencer les orientations. Voici une liste non exhaustive de quatre sphères d'actions prioritaires vers lesquelles les gouvernements devraient orienter leurs fonds et campagnes de sensibilisation. Vous reconnaitrez les quatre cibles du technoptimisme:

Nous prônons bien évidemment la lutte contre le vieillissement comme priorité technologique à officialiser. La vieillesse est mortelle à 100%, et cela souvent dans des conditions de souffrance et de dégradation intolérables. Le secteur publique, comme privé devraient êtres concernés et mobilisés ostensiblement. Un budget national devrait être alloué à la lutte contre la vieillesse, dans le cadre d'une organisation internationale.
De la compréhension biologique qui découlerait de la recherche dans le domaine du vieillissement, émergeraient des avancées médicales très diverses.

La technologie dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, est un outil indispensable et devrait être reconnue comme tel. Il n'est pas de notre ressort (cela demanderait des études bien précises et ce site n'est encore qu'une ébauche de concepts) de définir précisément les moyens les plus efficaces à mettre en œuvre dans cette optique, mais on peut imaginer que de nouveaux moyens de production et de distribution issus de technologies radicales, permettront de créer un excédant de richesse si important et si efficacement organisé, qu'il sera possible de le repartir réalistement dans les zones les plus en retard du globe. Certains organismes génétiquement modifiés (OGM), sont par exemple plus aptes à êtres cultivés dans les milieux arides de certains pays défavorisés. La recherche sur les OGM est une orientation concrète de progrès technologique pouvant contribuer à favoriser les cultures en milieux difficiles, pour ainsi participer à la lutte contre la faim. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, mais au terme d'une recherche bienveillante et volontaire, les OGM maitrisés aboutirons à une agriculture moins fragile, plus productive et nutritive.

Comme vu sur notre page écologie, nous pensons que la préservation de l'environnement est mieux servie par les avancée technologiques, plutôt que par des tentations de retour en arrière.
La préservation efficace de l'environnement, se fera par le développement de nouveaux matériaux, de nouveaux moyens de production, et de nouvelles formes d'énergie. Tout ces progrès à accomplir seront issus de développements technologiques... qui pourrait sérieusement prétendre le contraire ? Toute taxe sur la pollution carbonique est dérisoire, si des progrès technologiques ne sont pas consciemment recherchés. Les gouvernements, si soucieux des problèmes environnementaux, doivent garder les yeux ouverts, et favoriser l'émergence de réelles solutions technologiques.