TECHNOPTIMISM
Future is great™

Écologie

Le Technoptimisme reconnait la nécessité de préserver l'environnement. Cependant, l'approche environnementale technoptimiste est éloignée des considérations de l'écolosocialisme ambiant, inspiré par des sentiments anti-capitalistes et technophobes. Imaginons une seconde que le développement technologique soit aujourd'hui figé.... il serait alors bien impossible de résoudre le problèmes écologiques par des mesures de restriction ou de réorganisation. Il nous semble infiniment plus efficace, de développer de nouvelles sources d'énergie et de production de matériaux. Bien souvent les écolosocialistes semblent vouloir figer le développement, voir revenir en arrière tout en imposant des mesures contraignantes et dérisoires.
Ceci est à notre sens, dangereux, et peut contribuer à la stagnation, voir à une aggravation des problèmes écologiques.
Le programme Technoptimiste pour l'écologie est tout autre. Nous proposons de sortir de la phase industriel classique, par le développement de nouvelles technologie, puis de "nettoyer" et finir par restaurer un environnement viable et sain.

Nous sommes optimistes: le monde de demain, sera probablement un monde maitrisé, où il fera bon respirer. Seulement, nous devons œuvrer activement, pour le développement de VRAIES solutions efficaces. [1]

Phase 1: Dépasser la phase industrielle

Plus de 99% des espèces ayant jamais existé sur terre ont disparu [2], bien avant l'apparition de l'Homme moderne. La nature n'a jamais été un jardin d'Éden que l'Homme serait venu troubler. La vie biologique est de facto une compétition permanente au sein d'un environnement dévastateur dont l'issue pour les moins adaptés est une disparition définitive. Nous ne sommes pas ennemis de la nature. C'est la nature qui est antagoniste à une continuité de vie. L'être humain a bâti des civilisations afin d'essayer de se préserver, on ne peut l'en blâmer. Les sociétés doivent supporter et organiser des milliards d'individus.... l'industrialisation s'est développée à la fin du 18ème siècle pour alimenter cette masse, et si elle est polluante, cette industrialisation n'en est pas moins une étape nécessaire, inéluctable mais intermédiaire du développement civilisationnel.
La pollution est d'ailleurs un signe de sous développement technologique, de mauvais rendement, de déperdition et de non maitrise de la matière. Le passage à l'air post-industriel, sera possible, de notre avis, uniquement par l'apparition de nouvelles technologies, qui permettront de servir les besoins de l'humanité, sans la contre-partie d'effets secondaire nuisibles.

Voici une liste non exhaustive de quelques technologies dont il serait bon d'accélérer le développement:

- Développement d'usines moléculaires: capables de produire des biens de consommation, molécule par molécule. La fabrication des biens sera alors parfaitement maitrisée, ne produira quasiment pas de déchet et ne sera plus issue de transformation: plus besoin de combustion, de pétrole, d'utilisation de solvants et autres acides. Le recyclage moléculaire sera total, et le carbone atmosphérique capté, pourrait servir de matériaux de base.

- Amélioration du rendement de l'énergie solaire captée: L'énergie solaire qui atteint notre planète quotidiennement est largement supérieure à notre consommation énergétique globale. Cette énergie n'est pas encore transformé assez efficacement, et son stockage reste médiocre. La encore, le développement de nouvelles technologie pourrait rendre l'énergie photovoltaïque plus attractive et réellement efficace, ce qui aurait pour effet de réduire d'un bon pourcentage la consommation des énergies fossiles.

Phase 2: Nettoyage

Même si nous développons des matériaux et énergies non polluantes, il restera les traces des déchets produits à la fin du 20ème siècle et au début du 21ème. Nous prévoyons et souhaitons une véritable phase de détoxication de la planète, durant laquelle, les déchets seront traqués impitoyablement, et éliminés, avec l'assurance de l'être une bonne fois pour toute.
La nanotechnologie, qui est une technologie au niveau moléculaire, permettra, que ce soit dans l'atmosphère ou dans le sol, de traquer les particules nuisibles et de les rendre inoffensives. L'orbite terrestre pourrait aussi être nettoyée par de petites machines autonome et solaires, chargées de capturer des déchets bien souvent aussi petits qu'un timbre poste.

Phase 3: Restauration

Au cours de la phase 1, nous allons pouvoir produire sans déchet, et utiliser des énergies propres. Au cours de la phase 2, nous pourchasserons et neutraliserons la pollution résiduelle antérieure. Il sera alors temps de restaurer notre environnement et notre écosystème.
Il ne s'agit pas d'opposer civilisation humaine et environnement: les deux peuvent êtres compatibles. Le technoptimisme, n'est PAS l'ennemi de l'environnement. Au contraire, nous souhaitons un environnement où il fait bon vivre, respirer et se déplacer, mais nous pensons que la préservation efficace de l'environnement ne peut être dissocié d'une civilisation technologiquement très avancée.
Certains peuvent y voir un paradoxe: pour rejoindre un tel idéal environnemental, il faut aller vers plus de technologie, plus de recherche, plus de développement; précisément ce que combattent certains écologistes d'obédiences marxisantes.

Sources

[1] Eric Drexler, unbounding the future, the Nanotechnology Revolution
[2] Extinction des espèces